De la santé de l’homme à celle de l’environnement : surveillance et sensibilisation aux résidus médicamenteux en zone littorale

Des substances pharmaceutiques sont régulièrement rejetées dans l’environnement. Issues des eaux usées, elles se retrouvent en mer au contact des organismes et peuvent être responsables de diverses contaminations environnementales. Ces molécules peuvent agir directement sur la reproduction des individus aquatiques, ainsi que sur les capacités de résistances des bactéries. Il s’ensuit une forte diminution des populations littorales.

Conscient de cette pollution des écosystèmes, le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer a lancé le « plan micropolluants 2016-2021 » pour préserver la qualité des eaux et de la biodiversité. Dans ce cadre, le CSIL a débuté en 2017 une étude sur la recherche de résidus médicamenteux, au niveau des rejets de deux stations d’épuration du littoral de l’ouest des Alpes-Maritimes. Ce projet a été validé, labellisé et subventionné en 2017 par l’ARS et la Région Sud. Il est en partenariat avec l’observatoire du Développement Durable de la Métropole Nice-Côte d’Azur, l’Université de Nice Côte d’Azur et le Centre Hospitalier Universitaire de Nice Côte d’Azur, établissement support du Groupe Hospitalier de territoire 06 (GHT 06).

Quatre molécules sont recherchées : Ibuprophène (anti-inflammatoire), Diclofénac (anti-inflammatoire), Sulfaméthoxazole (anti-infectieux), Carbamazépine (anti-convulsant). Les analyses chimiques se font au niveau de la colonne d’eau, via des bioindicateurs comme les moules, au niveau du sédiment marin et dans la chair de certains poissons benthiques (vivant à proximité du fond et donc correspondant à une zone géographique). La chair des organismes est par la suite analysée, afin de déterminer la présence potentielle de résidus médicamenteux.

Actuellement, deux années d’étude ont déjà été réalisées et le CSIL entame la troisième. Les premiers résultats ont montré que 3 molécules ont été détectées dans l’eau à l’état de trace, à une valeur inférieure au seuil de quantification : l’ibuprofène, la carbamazépine et le sulfamethoxazole. Dans la chair de moules et de poissons, les analyses ont également montré des concentrations détectables, à une valeur inférieure au seuil de quantification, pour ces 3 mêmes molécules. En revanche, le diclofénac a été décelé à des concentrations supérieures, de l’ordre de 0,03 mg/kg de MS et 0,04mg/kg de MS dans la chaire des moules et des poissons.

Ce projet «surveillance et sensibilisation aux résidus médicamenteux en zone littorale» également un volet informatif sur les bonnes pratiques et conduites à mettre en œuvre en matière d’usage des médicaments.

Résidus médicamenteux_présentation résultats

Microparticules, pharmaceutique, pollution, médicament, bioindicateur

 

[lien vers le financement participatif]

6 réponses à “De la santé de l’homme à celle de l’environnement : surveillance et sensibilisation aux résidus médicamenteux en zone littorale

  1. Pingback: Qualité des eaux littorales par les bio-indicateurs marins | Conseil Scientifique Des îles De Lérins·

  2. Pingback: « APPEL AU FINANCEMENT POUR UN PROJET SCIENTIFIQUE : DE LA SANTÉ DE L’HOMME A CELLE DE L’ENVIRONNEMENT  | «Conseil Scientifique Des îles De Lérins·

  3. Pingback: APPEL AU DONS | Conseil Scientifique Des îles De Lérins·

  4. Pingback: APPEL AU DONS | Conseil Scientifique Des îles De Lérins·

  5. Pingback: Conseil Scientifique Des îles De Lérins·

  6. Pingback: Le CSIL lauréat du concours de la fondation Crédit Agricole PACA | Conseil Scientifique Des îles De Lérins·

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s