Suivi des herbiers de posidonies

La posidonie Posidonia oceanica est une phanérogame marine endémique de la Méditerranée. En se développant, elle peut former d’importants herbiers marins sur les fonds sableux entre 0 et 40 m de profondeur.

Ces prairies marines représentent moins de 1% des fonds méditerranéens, mais peuvent contenir plusieurs milliers d’espèces. En effet, elles constituent un support, un abri, une zone de frayère pour les espèces animales et végétales. C’est un véritable haut lieu de la biodiversité marine et sa vitalité caractérise la bonne qualité des eaux littorales.

La posidonie est également un très grand producteur d’oxygène, en absorbant le CO2 grâce à la photosynthèse. En Corse, des scientifiques ont pu mesurer à 10 m de profondeur, un dégagement de 14 litres d’O2 par jour et par m² d’herbier !

Son système racinaire, permet également une certaine stabilité des fonds marins et assure une transparence de l’eau grâce à l’absorption des sédiments par ses rhizomes. De plus, ses feuilles mortes rejetées par la mer forment sur les plages des amas appelés « banquettes », qui permettent de protéger la plage des tempêtes hivernales.

Cette plante a donc une importance écologique, mais aussi économique. Sa valeur a été estimée à 3 fois celle des récifs coralliens et à 10 fois celle de la forêt tropicale ! Ainsi sa surveillance est indispensable pour assurer une protection adéquate de ce milieu si particulier.

Un suivi via l’analyse de divers paramètres, permet d’évaluer la vitalité des herbiers formés et ainsi déterminés la qualité du milieu.

  • la densité de faisceaux de feuilles par unité de surface
  • le déchaussement des rhizomes (évaluation de l’hydrodynamisme et du transport sédimentaire)
  • la densité en rhizomes horizontaux (indice de bonne vitalité de l’herbier, recolonisation du fond)
  • le recouvrement des fonds par l’herbier (état de la vitalité de l’herbier, qualité du milieu)

dsc2913.jpg

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

La gestion des banquettes de posidonies sur les plages des communes littorales, nécessite également un suivi régulier, en collaboration avec les gestionnaires et les collectivités locales. En effet, si d’un point de vue écologique, la communauté scientifique s’accorde à dire que ces banquettes jouent un rôle indispensable contre l’érosion, d’un point de vue économique, elles posent problème : nuisances visuelles, sanitaires et olfactives pouvant réduire la valeur touristique de la plage. De nombreuses collectivités sont donc obligées de retirer les banquettes sur certaines plages. Les feuilles mortes sont transportées dans des décharges, enterrées ou ré-immergées.

Un bilan et un suivi a donc été réalisé par le Conseil Scientifique des Iles de Lérins (CSIL) et CREOCEAN, afin de connaître les pratiques actuelles des gestionnaires et de trouver des solutions pour limiter l’impact écologique engendré par leur prélèvement.

banquette de posidonies

Cap sur la posidonie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s